Venice

Los Angeles

La découverte

A la frontière de l’ombre et de la lumière,

Los Angeles.

Les images qui brillaient se sont ternies.

Loin des clichés,

subsiste cette atmosphère si inspirante.

 

Skatez

au skate parc

Graffez

sur le mur

Déambulez

dans les boutiques

Quartier de Venice Beach, Los Angeles

Je passerai des heures à l’ombre d’un palmier, à contempler ces artistes d’un jour (ou de toujours).

Place cosmopolite, Venice Beach est un lieu à part.

Né de la démesure du milliardaire Abbot Kinney, « Venice », comme on dit ici, est un des quartiers les plus prisé de Los Angeles, à l’extrême sud de Santa Monica.

En quelques noms, une dizaine de séries vous sont déjà venues en tête. Et oui, ces quartiers ont bercé nos imaginaires et chaque « cliché » de la culture américaine, fait partis du quotidien ici. 

Malibu Beach,

Bébé, faut qu’on aille à Los Angeles pour faire le passeport d’Enoha.

Los Angeles, encore ???!!!

Beh quoi ce n’est pas de notre faute, on est obligé !

Mais bon du coup, devinez quoi ?

On a décidé d’en profiter !!!

Los Angeles est une ville immense, nous sommes loin d’avoir fait tous les quartiers !

7 h, nous décollons de notre désert.

Oliv branche le GPS…

-On va où? Je mets quoi comme adresse?

-Malibu

-Malibu???!!!

-Oui, je veux voir la mer…

Nous n’avions pas prévu grand chose, mais nous avons eu un sacré feeling ce weekend…

Rapidement, nous quittons la 7 voies (oui la route où j’ai interdiction formelle de parler ou de faire une blague, concentration ultime du chauffeur).

Loin du trafic et de la cohue de L.A, le paysage devient plus montagneux, plus sauvage.

Tel un passage secret, nous traversons Malibu Creek State Park… Soudain, la vue explose ! Il se pavane entre deux collines, gorgé de toute sa puissance, l’océan Pacifique.

Mes yeux brillent.

La Toto Coco ne fait plus un bruit… J’ouvre la porte, l’air marin s’engouffre directement dans mes poumons…

J’aime la vie.

L'océan Pacifique,

Nous descendons sur la plage par un tout petit accès. Seuls quelques joggeurs troublent la quiétude matinale… Les avantages d’être parents…

Les vagues nous caressent les pieds, les maisons sont directement construites sur le sable, et arborent fièrement leur panneau « plage privée ».

Nous croisons sûrement deux trois stars méconnaissables sans maquillage, mais il y avait de la lèvre botoxée!

Quand tout d'un coup...

Nous reprenons la voiture direction Santa Monica et traversons donc la station balnéaire de Malibu. Voitures de luxe et villas aux baies vitrées chatoyantes attisent notre curiosité people…

Quand tout d’un coup, Oliv se gare brusquement sur le bas-côté et s’écrit :

-Regarde, là, dans l’eau !

-Où ? Quoi ? Je ne vois rien !

-Mais si là ! Il y avait un truc…Y’a des bulles..

-Beh si c’était quelqu’un, il a coulé…

Et 5 minutes plus tard,  je remercie le ciel d’être marié à cet homme… Un aileron, deux ailerons… Sous nos yeux, les plus belles stars… Un petit banc de dauphins batifolant dans la baie.

Désolé, je n’ai pas un zoom de paparazzi, mais pour vous faire une idée…

Santa Monica,

Magie… Nous reprenons notre périple le sourire aux lèvres.

Arrêt lunch à Santa Monica, puis direction Venice Beach !

Comment visiter Los Angeles?

Hollywood m’a déçu, Malibu m’a surprise, Venice m’a fasciné.

Avoir visité Los Angeles en plusieurs fois, fut une chance extraordinaire.

Suivant les quartiers, l’expérience est radicalement différente.

Il faut se perdre, il faut le vivre, il faut prendre le temps.

L’expatriation m’a ouvert les yeux sur notre façon de voyager.

Autrefois, nous faisions un marathon du voyage, notant précieusement tous les immanquables. Il fallait voir ça, ça et ça. Tu as été là-bas ? Oui, tu as vu ça ? Oui.

Souvent, même si le voyage nous avait plu, nous rentrions lessivé.

Aujourd’hui, je me moque de ce planning à tenir.

Je cherche dans chaque destination, un instant, une harmonie, avec un lieu, une lumière, des odeurs, qui constitueront des souvenirs tellement fort qu’ils resteront en moi pour toujours, loin des noms, grecs, hébreux, thaï, que ma mémoire de poisson rouge va forcément occulter.

A l'aventure,

Faire du voyage un mode de vie, être expatriés, c’est découvrir et rencontrer au quotidien, mais nous ne sommes pas toute l’année en vacances!

Que l’on vive en Amérique ou en France, faites de vos weekends des moments inoubliables.

Oliv travaille dur, j’élève nos enfants sans jamais aucun relais, sans une minute à me consacrer, nous avons des soucis comme tout le monde, mais nous avons cette volonté d’ouvrir les yeux, grands, très grands !

En premier lieu pour imprégner le regard de nos enfants de toutes ces beautés qui vont disparaître et pour leur apprendre qu’où qu’ils se trouvent, ils peuvent tout créer, tout refaire et vivre heureux s’ils le décident.

Chaque instant compte.

Skate Parc, Venice beach,

Je suis assise dans l’herbe, sous ce palmier.

Et j’observe.

Je vois un homme avec un déguisement double peau qui fait des cabrioles et se cache seul derrière des arbres. Je vois ce type sur un vélo hors norme et un chapeau haut de forme se balader sans se soucier qu’on le regarde. Je vois ce groupe de graffers qui peignent inlassablement et fièrement ce mur qui n’a jamais le temps de sécher. Je vois la foule se presser au skate parc, admirer les téméraires du jour. Je vois ce petit oiseau, qui s’est posé là, tout prêt de nous, mendiant un bout de pain avec ses yeux doux.

Changement de spot,

Au milieu des stands, je vois des hommes et des femmes de toutes les couleurs. Je vois des rêveurs déchues, des artistes en herbes et je rencontre le soi-disant meilleur ami de Schwarzy, qui y croit encore.

Je croise des peintres, des musiciens, des amoureux de la création, et des personnes perdues, loin de leurs émotions.

Les pieds dans le sable, je sens la crème solaire. Je vois des surfers, des baigneurs, des lunettes de soleil de toutes les formes et des corps de toutes les tailles. 

Je pense aux Landes. Aux pins, à ce lieu qui me manque toujours, où que j’aille.

Je vois une femme en rollers, son Starbucks à la main.

Je vois un pêcheur bodybuldé très serein.

Je vois tant de choses qui m’interpellent sans me choquer que je crois que tout ceci résume bien finalement, mon sentiment sur Venice.

Le retour,

Retour dans notre désert.

Je ne sais pas combien de fois, nous viendrons à L.A.

C’est une ville unique. Et même si ce n’est pas notre ville californienne préférée, elle a cette atmosphère unique qu’il faut vivre et partager.

Au plaisir de vous revoir, ici ou ailleurs, prenez soin de vous.

balade-venice

Bon à savoir

Parking payant aux alentours de Venice, compter entre 15 et 20 dollars.

Largement faisable en famille, je conseille cependant de le visiter en journée.

Perdez-vous dans les boutiques pleines de charme, endroit idéal pour faire vos cadeaux souvenirs.

Partir du Pier de Santa Monica jusqu’à Venice oui, mais casquette /lunettes /baskets et crème solaire !

Vous aimerez aussi...